Imprimer Zoom + Zoom -
avr
24
2013

Créateur et porteur de projet : Choisir votre local en pépinière ou en espace de coworking ?

66 Flares 66 Flares ×

De nombreux créateurs d’entreprises démarrent leur activité à domicile afin d’éviter les coûts de location d’un bureau. C’est une solution économique, certes, mais qui oblige le créateur à s’isoler.

De nombreux porteurs de projets ignorent qu’ils peuvent prétendre à un accompagnement personnalisé et un hébergement financé par l’Etat ou les collectivités locales auprès des pépinières d’entreprises. Ils peuvent également profiter d’une autre méthode de travail en communauté à la dimension sociale, le coworking. 

Nous donnons ci-dessous quelques pistes et services proposés aux jeunes créateurs d’entreprise et porteurs de projets, pour alléger les dépenses de début d’activité et leur donner toutes les chances de réussite.

Les pépinières d’entreprises

pépinière d'entreprises

Un hébergement à prix préférentiels

Les pépinières d’entreprises proposent aux créateurs d’entreprises des locaux pour installer leurs entreprises à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur le marché des bâtiments à usage professionnel ce,  pour favoriser et aider le développement ou à la création de l’entreprise.

Mis à disposition pour une durée limitée pouvant aller de 2 à 4 ans, leurs bureaux sont le plus souvent de 9 à 10m²  mais peuvent aller jusqu’à 200 m² selon les besoins.

Du matériel et des équipements à disposition

Les pépinières d’entreprises proposent aussi l’équipement nécessaire à la gestion de l’entreprise avec des ordinateurs, une connexion Internet, un secrétariat avec prises d’appel, des salles de réunion ou de conférence, des photocopieurs, de la documentation, un espace détente, …

Ces différents services vont aussi faciliter l’échange avec les autres créateurs d’entreprises hébergés par la pépinière.

Un accompagnement personnalisé

Les pépinières proposent aussi leur savoir-faire aux porteurs de projets afin de les aider dans la création ou dans le développement de leur société.

L’accompagnement porte sur l’orientation, un appui au montage des projets, des séances de formations collectives, la mise en relation avec les réseaux professionnels liés à la création d’entreprise comme des laboratoires, des aides d’experts comptables ou juridiques, d’organismes financiers

Qui peut bénéficier d’un local en pépinière ?

L’aide s’adresse à différents types de porteurs :

Quelles sont les formalités ?

La pépinière conclut un contrat de bail précaire avec le créateur après l’accord du comité d’agrément.

Le créateur doit monter un dossier de candidature incluant généralement un CV, une lettre de motivation, son business plan, bilan prévisionnel et de trésorerie.

L’espace de coworking

 

coworking

 

Une autre façon pour l’entrepreneur de sortir de son isolement

Si se « mettre à son compte » c’est pour beaucoup être indépendant et libre, le revers ; les entrepreneurs se retrouvent souvent seuls et se confinent dans un isolement social pesant. Cette situation est souvent un sérieux frein au développement de l’entreprise.

Les espaces de coworking sont dédiés au travail collaboratif, souvent de type « open-space », ils accueillent des indépendants qui travailler ensemble, mais chacun pour leur propre compte, dans un espace convivial et un environnement dynamisant.

Pas de concurrence dans ce nouveau mode d’organisation mais un travail en collaboration, un lieu d’échanges et de partages des connaissances, qui en fait une réelle opportunité pour les entrepreneurs quelque soit leur activité personnelle. Des milliers d’espaces de coworking existent dans le monde à ce jour, c’est un vrai phénomène en pleine expansion !

Comment devenir coworker ?
Regardez autour de chez vous, dans toutes les grands villes il existe des espaces de travail et leur communauté d’indépendants, de freelances et entrepreneurs regroupés ensemble, ce qui fait la richesse des échanges.

Certains espaces de coworking sont gratuits, d’autres plus « cosy » sont à des prix très abordables où sont inclus parfois des services comme un accompagnement dans les projets ou leurs développements.

 Conclusion :

L’espace de travail partagé permet aux coworkers de disposer d’un lieu de travail ouvert et convivial où les échanges et les partenariats sont facilités, et où les compétences sont au service de la créativité, voire à l’apparition de projet en commun. Des services d’accompagnement à la création d’entreprise peuvent être proposés.

La pépinière d’entreprises héberge toute nouvelle entreprise au démarrage de son activité, avec ou sans salariés, pendant un temps donné. Elle accompagne les créateurs d’entreprises et jeunes entrepreneurs, l’aide à surmonter les obstacles et les encourage à échanger, partager, innover, développer leur projet.

La où le premier s’adresse à des indépendants qui recherche l’ouverture et l’échange au cœur d’un réseau de travailleurs, la pépinière d’entreprises accueille des sociétés et des salariés en les accompagnant pour bien démarrer.

Deux possibilités pour démarrer une activité dans un petit local sans trop de frais, en jouissant de liens sociaux ou…une seule possibilité puisque des espaces de coworking sont souvent disponibles à l’intérieur même des pépinières d’entreprises.

 

 

66 Flares Twitter 12 Facebook 46 Google+ 8 LinkedIn 0 Email -- 66 Flares ×
Brigitte PRACA

À propos de l'auteur: Brigitte PRACA

Article Brigitte PRACA pour Le blog-du-dirigeant.com

2 commentaires+ Ajouter un commentaire

  • Bonjour,
    tout d’abord merci d’orienter les porteurs de projet et les indépendants afin qu’ils rompent leur solitude. En pépinière d’entreprise depuis janvier 2012, je souhaite apporter mon témoignage.
    La pépinière Bordeaux Productic à Cestas en Gironde m’a accueilli après plusieurs refus d’autres organismes car mon projet (un organisme de formation) n’était pas assez innovant, pas écolo, pas dans l’aéronautique, pas dans la santé… bref entrer en pépinière n’est pas forcément chose facile. Cependant, à la différence de l’espace de co-working qui à un objectif commercial, les pépinières sont d’utilité publique et souvent constituées sous forme associative.
    Pour 130€ par mois j’ai un grand bureau et je suis accompagné (combien cela me coûterait-il en co-working ?)… D’autre part je suis vraiment entouré d’entrepreneurs désireux de faire grandir leur bébé….
    Enfin, nous avons ouvert un espace de co-working à bas coût (moins de 400€ de cotisation annuelle) à la pépinière même afin de rompre l’isolement des indépendants et leur donner envie d’entreprendre à plus grande échelle…
    Amicalement,
    Olivier.

  • Comme souvent en France, les choses sont plus complexes. Qu’appelle-t-on porteurs de projets ? Très en amont, ils ne pourront pas être accueillis en pépinière. Mais, il peuvent travailler/réseauter dans des espaces de coworking.

    Ils peuvent donc aussi intégrer une couveuse, une BGE, voire une CAE. Ils auront des réunions, un endroit pour briser la solitude de la maison ou de l’appartement.

    Mais, assez souvent, en particulier pour les personnes qui veulent se lancer dans une activité de service aux entreprises, particulièrement de prestations intellectuelles non règlementées, la question du lieu est secondaire, ainsi que celle du statut. Car, le problème est de savoir si l’offre de service est dé-banalisée, s’il y a des clients pour en avoir envie/besoin et se la payer, et comment on s’y prend pour les approcher et construire pas à pas son activité autonome.

    C’est là que le portage salarial, dans ses formes les plus avancées, est une alternative à la création qui donne le statut de salarié plus protecteur en termes de prestations sociales (retraite, chômage), plus sécurisant pour les personnes et leurs clients : pas de risque de re-qualification en contrat de travail pour ces trop nombreux clients uniques, faux-clients/employeurs-cachés de trop d’auto-entrepreneurs ; pas de risque de prêt de main d’œuvre pour des sociétés qui n’ont pas pour unique activité le portage salarial.

    En travaillant par missions, en testant son autonomie professionnelle, avec la souplesse du portage salarial qui peut conduire à la création de sa société, une fois qu’on est devenu économiquement viable, ou vers le retour à l’emploi, on se donne le temps de construire une activité autonome, on développe du réseau, des échanges de pratiques, des mises en relation. Le tout étant compatible avec un job salarié temps partiel alimentaire, avec une entreprise individuelle si on a des activités qui ne peuvent être portées, et bien sûr avec les indemnités chômage, tout en reconstituant de niveaux droits pour le cas où.

    Les sociétés de portage salarial les plus réputées peuvent jouer le rôle de couveuse commerciale, différent des couveuses d’entreprises ou d’entrepreneurs.